Pool : des vêtements de seconde main remis à neuf

Si vous ne connaissez pas encore Pool, chers amis bruxellois, je vous fais découvrir ce super concept sans plus attendre ! Ce nouvel acteur sur le marché de la seconde main à Bruxelles vise à redorer l’image des vêtements d’occasion en proposant une expérience de shopping similaire à celle lorsqu’on achète du neuf. Derrière cette initiative se cache Marine de Waziers, une personne très engagée et sensible aux problématiques liées à la fast fashion (surproduction, énorme impact environnemental, conditions de travail déplorables…). J’ai eu l’occasion de la rencontrer lors de la dernière vente Pool et lui poser quelques questions concernant son projet.

dsc_1644-copie

– Marine, pourrais-tu nous expliquer ton parcours ?

Après avoir suivi des études de gestion à Solvay, je suis partie travailler à Londres dans le secteur du retail. Lorsque je suis revenue en Belgique en 2010, je me suis lancée dans une nouvelle aventure avec ma soeur. Nous avons ouvert une boutique de robes de mariage sur mesure à Bruxelles, où nous avons travaillé pendant quatre ans, jusqu’en 2014. Entre-temps, je suis devenue de plus en plus attentive aux dégâts de la mode jetable et j’ai commencé à faire du bénévolat pour la communauté Rank a Brand (un site qui permet d’établir des classements des marques sur base de leurs durabilité et responsabilité sociale). C’est ainsi que je me suis lancée dans le projet Pool en avril 2016.

– Comment es-tu devenue engagée dans ce combat pour une mode éthique et durable ? 

Ma réflexion a commencé avec la fabrication de robes de mariées. On travaillait avec des couturières et j’ai vu le boulot que cela représente pour fabriquer un vêtement. Nos couturières étaient évidemment bien rémunérées et travaillaient dans de bonnes conditions. Et c’est là que je me suis posé la question : pourquoi le travail d’un Belge est plus valorisé que d’un autre ? Un humain est un humain, il ne devrait pas y avoir de différence entre les travailleurs d’ici et ceux des pays comme la Chine, par exemple. Ensuite, j’ai découvert l’impact environnemental de l’industrie de la mode avec Rank a Brand. J’ai constaté que la guerre n’est pas encore gagnée et qu’il y a beaucoup de choses à changer dans ce secteur.

– Quel est le but de ce projet et comment as-tu eu cette idée ? 

Je suis partie du constat que moi-même, je n’achetais que très peu lors des vide-dressings ou brocantes. En réfléchissant, j’ai compris que c’est l’appartenance et l’histoire des vêtements qui me dérangeaient. Je me suis donc demandé : qu’est-ce qu’il me faudrait pour que j’achète un vêtement non neuf ? Le but de ce projet est de dissocier les vêtements des personnes qui les ont portés avant et aussi rompre le lien avec les marques. Pour ce faire, j’enlève toutes les étiquettes des vêtements que je récupère et je mets de nouvelles étiquettes dessus pour leur donner un côté neuf. Je veux offrir aux gens la possibilité d’acheter des vêtements de seconde main avec le même plaisir que lorsqu’ils achètent dans des magasins habituels. En enlevant les étiquettes, je veux aussi obliger les gens à réfléchir sur la pièce qu’ils comptent acheter sans tenir compte de sa provenance. Beaucoup de personnes achètent des vêtements de marque dans des vide-dressings ou brocantes en pensant de faire de « bonnes affaires ». Mais très souvent, ces achats finissent au fond de l’armoire. Le plus important est d’acheter en fonction de notre style et de ce qui nous va le mieux.

dsc_1646

Clothes remain, people change. – Pool

– Comment procèdes-tu pour récupérer et arranger les vêtements ?  

Je récolte les vêtements par lot auprès de tout le monde. Je prends tout, sans faire attention à la marque ou au style du vêtement. Ensuite, je fais le tri et je lave les vêtements que je garde. J’essaye de faire de mon mieux pour que les vêtements ne partent pas à la poubelle. D’ailleurs, je compte faire un partenariat avec une boîte qui va recycler les vêtements qui ne sont plus utiles. Si c’est nécessaire, j’effectue quelques réparations. J’utilise toujours un fil jaune pour laisser une trace de mes modifications. Cela rend quelque part les pièces uniques, puisque je m’approprie les vêtements. Pour finir, j’enlève les étiquettes et j’y appose celles avec les informations utiles comme la taille, la composition et les instructions de lavage. En ce qui concerne la provenance, j’ai décidé d’enlever le nom de la marque et le « Made in ». À la place, je mets une étiquette « Made by people » afin de rendre les gens conscients que ce sont de vraies personnes qui fabriquent les vêtements.

16602827_1259193060793899_5444875000397250861_n

– Pourquoi as-tu choisi ce nom, Pool, pour ton projet ?

Ce nom m’est venu complètement par hasard (rires). J’étais en vacances, au bord de la piscine, lorsque je brainstormer pour trouver le nom. Puis finalement, j’ai trouvé le nom Pool chouette et j’ai décidé de le garder. En plus, je pense que c’est assez symbolique : pool veut dire piscine en anglais et justement cela peut représenter un bassin de vêtements, car j’en récolte beaucoup.

– Selon toi quel est l’avenir de la mode ? 

J’espère qu’on va passer dans une consommation durable. Je pense qu’on va de plus en plus proposer des choses uniques et personnalisables. Il y aura un certain retour vers l’artisanal. Beaucoup de basiques aussi, car c’est intemporel.

dsc_1651

J’ai beaucoup aimé échanger avec Marine. Je suis tellement heureuse de voir de plus en plus d’initiatives comme la sienne, car cela prouve que les choses changent ! Doucement, mais sûrement. En plus, les vêtements sont soigneusement sélectionnés et remis à neuf. Il y en a pour tous les goûts. À noter que pour l’instant, Pool propose uniquement des vêtements pour femmes. Les prix sont attractifs et similaires à ceux qu’on retrouvent dans des magasins d’occasion, style Petits Riens. Voilà une belle occasion pour acheter éthique et responsable !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s