5 gestes écolo pour prendre soin de ses cheveux

Hello, hello !

Voilà un sujet que je n’ai encore jamais abordé : les cheveux. Et surtout comment les soigner d’une manière naturelle et aussi écologique. Je vais donc vous parler des produits que j’utilise et qu’est-ce que je fais pour les garder en bonne santé. Ma routine pour les cheveux change assez souvent, néanmoins il existe certains gestes efficaces que j’ai adoptés.

Il n’est pas nécessaire d’aller chez le coiffeur tous les mois pour avoir de beaux cheveux. Il suffit d’investir dans une bonne paire de ciseaux, un ou deux élastiques et avoir quelques tutos sous la main pour se faire une belle coupe. Perso, cela fait presque 6 ans que je n’ai pas été chez le coiffeur. Je les coupe et fais des soins moi-même. C’est mon porte-feuille qui me remercie ! Qu’on soit d’accord, je n’ai rien contre les coiffeurs, mais je suis beaucoup plus satisfaite par des coupes que je réalise moi-même 🙂 .

dsc_1553

1. Utiliser un shampoing naturel & vegan

Exit Palmolive, Garnier, L’Oréal, Head & Shoulders et compagnie, dont les produits sont bourrés d’ingrédients chimiques nocifs. Il faut privilégier les shampoings naturels avec peu d’ingrédients et surtout apprendre à déceler ceux qu’il vaut mieux éviter. Voilà une liste non exhaustive d’éléments toxiques :

– Les Tensio-Actifs : Ce sont les agents lavants au fort pouvoir dégraissant qui assèchent la peau et peuvent supprimer sa barrière naturelle.

Sodium Lauryl Sulfate

Sodium Laureth Sulfate

Ammonium Lauryl Sulfate 

Ammonium Laureth Sulfate

Disodium Laureth Sulfosuccinate

Cocamidopropyl Betaïne

Disodium Cocoamphodiacetate

Sodium Coco Sulfate

– Les Silicones, huiles minérales et PEG : ce sont des éléments issus de la pétrochimie, en gros c’est du plastique. Ils donnent l’illusion que les cheveux sont lisses et doux, mais en réalité ils ne font que cacher tous les problèmes en laissant un filtre sur les cheveux. Non seulement ils sont extrêmement polluants, mais en plus ils peuvent irriter le cuir chevelu.

Dimethicone

Dimethiconol

Phenyl trimethicone

Cyclopentasiloxane

Cyclotertrasiloxane

Polysiloxane

Trimethylsilylamodimethicone

Paraffinum liquidum

Petrolatum

Ceresin

Mineral oil

Polyéthylène glycol (PEG)

Polypropylene Glycol (PPG)

Cellulose

Cross polymer

– Les conservateurs : ce sont de véritables perturbateurs endocriniens responsables de dérèglements hormonaux pouvant également causer des cancers.

Parabènes (buthyl-, phényl-, méthyl-, propyl-, etc …)

Phenoxyethanol

Méthylisothiazolinone

Pour commencer, je vais vous expliquer quel est le type de mes cheveux. Grosso modo, ils sont plats et fins, normaux à tendance grasse. J’ai aussi le cuir chevelu très sensible, qui gratouille de temps en temps. Le plus gros problème que je rencontre est donc de trouver un shampoing naturel, efficace, vegan et qui n’irrite pas mon cuir chevelu à long terme. Ce qui s’avère d’être assez difficile… J’ai déjà essayé pas mal de shampoings bio et naturels, je vais juste donner mon avis sur les shampoings que j’ai essayé récemment.

  • Lamazuna
    Inutile de présenter cette marque française bien connue qui propose des produits cosmétiques 100% vegan dans une démarche zéro déchet. Tout d’abord, j’avais essayé le shampoing solide pour les cheveux gras. Au début, j’étais assez ravie : il lavait bien et permettait d’espacer les lavages. Mais plus je l’utilisais, plus j’avais l’impression qu’il abîmait mes cheveux. Bizarrement, il donnait un effet « cheveux crêpés » sur le haut de la tête, du coup c’était vraiment difficile de les brosser après le shampoing. Pensant qu’il était peut-être trop asséchant, j’ai retenté l’expérience avec le shampoing pour les cheveux normaux. Mais le problème persistait, j’ai donc abandonné les shampoings Lamazuna…
  • Urtekram
    Cerifié vegan, Urtekram propose une large gamme de produits cosmétiques : shampoings, après-shampoings, déodorants, dentifrices… Les prix sont très abordables, c’est pourquoi je me suis tournée plusieurs fois envers cette marque. Je pense que j’ai dû essayer au moins 5 shampoings de cette marque. Le dernier en date est celui pour cheveux normaux à la noix de coco. Dans l’ensemble, je trouve que ce sont de bons shampoings, malgré le fait que la composition n’est pas très nette. Il m’est impossible de les utiliser à long terme, car ils m’irritent le cuir chevelu. Cela est probablement dû à la présence de Sodium Coco Sulfate considéré comme irritant et allergène.
  • Khadi
    La marque propose des shampoings ayurvédiques, ce qui veut dire qu’ils contiennent au moins 20 % de plantes ayurvédiques (contre moins de 0,5% en moyenne). Aucun test n’est réalisé sur les animaux, que ce soit le produit final ou les ingrédients qui le composent. Cette marque m’a été conseillée à l’Herboristerie Moderne, car ses produits ne contiennent pas de sulfates, de silicones, de parabens, colorants artificiels, alcool ou conservateurs. J’ai essayé le shampoing au Neem en cure pour le cuir chevelu irrité. C’est vrai qu’après déjà la première utilisation, mon cuir chevelu était apaisé et me grattait beaucoup moins. Mais rien de miraculeux. En plus, mes cheveux étaient assez raplapla après le lavage. Je reste donc assez mitigée vis-à-vis de ce shampoing.
  • Indigène
    Indigène est une toute jeune marque belge de cosmétiques bio artisanaux, made in Brussels. En plus d’être vegan, ses produits sont aussi respectueux de notre peau et de l’environnement. J’ai profité du pop-up store organisé par Green Meow du décembre à janvier pour acheter le shampoing solide à la poudre d’ortie piquante. Spécialement adapté aux cheveux à tendance grasse, il permet de réguler la production de sébum tout en nettoyant en douceur, puisqu’il est sans sulfates, sans silicones, sans huile de palme, sans huiles minérales. Le seul petit hic – il contient de l’alcool. Après l’expérience décevante que j’ai eue avec les shampoings solides, j’étais plutôt sceptique quant à l’efficacité de ce shampoing. Finalement, je suis assez satisfaite : il nettoie bien, apaise le cuir chevelu et n’abîme pas mes cheveux. De plus, je préfère largement sa forme rectangulaire plus facile à faire mousser à celle des shampoings Lamazuna. Je trouve aussi qu’il rajoute un peu de volume, ce qui est donc parfait pour les cheveux fins et plats. Je vais voir ses effets sur le long terme, mais pour l’instant j’aime beaucoup ce shampoing. Pour info, les produits Indigène seront bientôt en vente sur Green Meow !

2. Nourrir ses cheveux avec les huiles végétales

On évite d’alourdir ses cheveux avec les après-shampoings et masques chimiques toxiques et on opte pour les huiles végétales. Avant, j’aimais bien faire de temps en temps un masque pour les cheveux à base d’huile d’olive ou huile de jojoba. L’inconvénient : l’huile coulait partout et il fallait faire plusieurs shampoings pour la faire partir. Mais ça, c’était avant que je découvre l’huile hydratante BelleBulle. Cette huile sèche est composée de différentes huiles comme celle de jojoba, d’abricot, de coco et de calendula. Elle est 100% bio et vegan et peut s’utiliser avant le shampoing pour faciliter le démêlage des cheveux ou en masque pour bien les nourrir. L’avantage – elle pénètre rapidement et ne tâche pas. En plus, j’adore son odeur !

3. Laisser tomber le sèche-cheveux

Un sèche-cheveux est bien évidemment très pratique (surtout dans notre monde où tout doit aller vite…), mais il est surtout très mauvais pour les cheveux. La plupart du temps, je laisse mes cheveux sécher à l’air libre. Je sais que tout le monde n’a pas le luxe de toujours attendre 30 – 40 min pour que les cheveux sèchent. Mais tout est une question d’organisation : soit les laver le soir et les faire sécher en cuisinant par exemple, ou bien le faire le matin en premier lieu. Enrouler sa serviette autour des cheveux humides pour les sécher plus vite n’est pas une très bonne idée, car cela risque de les casser. À la place, on peut utiliser un vieux t-shirt en coton dont la matière est beaucoup plus douce. On peut aussi balancer sa tête dans tous les sens pour accélérer le processus (un peu comme si vous étiez à un concert de rock, vous voyez ? 🙂 ) Il est déconseillé de brosser ses cheveux lorsqu’ils sont mouillés.

4. Adopter de bonnes habitudes de brossage

On le répète assez souvent : le brossage des cheveux commence toujours par le bas en remontant doucement vers le haut. J’avoue que très souvent je me coiffe à la va-vite et j’oublie d’appliquer cette méthode. Mais il est vrai qu’en brossant ses cheveux de cette manière on évite de les abîmer et les arracher. Il est aussi important d’avoir un bon peigne et une bonne brosse. On jette le plastique et on privilégie les brosses en bois. La plupart du temps, j’utilise un peigne de la marque Tek. J’ai aussi une brosse de la même marque, mais je l’utilise beaucoup plus rarement.

pexels-photo-167917

5. Faire une tresse pour dormir

Pendant la nuit, les cheveux peuvent facilement s’emmêler si on ne les attache pas. D’un autre côté, dormir avec une queue de cheval ou un chignon les abîme et risque de provoquer une perte de cheveux. La bonne solution : faire une tresse. En plus, on peut jouer sur la quantité de tresses et le serrage fort ou moyen pour avoir de jolies boucles. Ainsi, vous allez prendre moins de temps pour les coiffer le matin et économiser de l’électricité en abandonnant le lisseur et fer à friser !

Bonus : prendre des compléments alimentaires

Bon, je l’admets, ce n’est peut-être pas très écologique, mais cela peut éviter d’acheter plein de produits, alors que le problème peut se soigner par l’intérieur. Le but est d’identifier quels sont les vitamines ou éléments qui nous manquent pour adapter les compléments alimentaires à nos besoins. Priorité bien évidemment à une alimentation saine, mais cela n’empêche que parfois on se retrouve dans l’obligation de prendre des vitamines en plus, comme c’est le cas avec la vitamine D. Je sais que d’une manière générale je manque de vitamine D (pas étonnant vu que j’habite en Belgique) et j’ai remarqué que lorsque je me supplémente, l’état de mes cheveux s’améliore, et cela à tous les niveaux. Ils deviennent plus lumineux, pas de fourches et le cuir chevelu est moins irrité.

J’espère que cet article vous sera utile !  Quels sont les produits que vous utilisez pour le moment ? Faites-moi part de vos découvertes, déceptions ou de vos coups de coeur en matière de shampoings naturels vegan. Et si vous avez déjà essayé les produits que je cite, n’hésitez pas à me donner votre avis en commentaires ↓.

À bientôt,

Elena

9 réponses à “5 gestes écolo pour prendre soin de ses cheveux

  1. Bonsoir,
    Ton article est vraiment très intéressant ! Je compte appliquer certains de tes conseils rapidement.
    Par contre, comment faire pour attacher correctement ses cheveux la nuit lorsqu’il sont courts (carré) ?
    Merci 😊

    J'aime

    • Bonsoir Corine,
      Contente qu’il te sera utile 😀 Pour les cheveux courts, je te conseillerais de les laisser relâchés pour dormir afin de ne pas les abîmer. C’est plus déconseillé pour les cheveux longs ou mi-longs, car ils peuvent s’emmêler pendant la nuit et faire des noeuds. Avec les cheveux courts, c’est plus facile !

      J'aime

  2. Merci pour cet article éclairant!
    J’ai testé plusieurs shampooings solides et/ou bio, avec des résultats pas très convaincants jusqu’ici… Et là, j’utilise depuis quelques semaines celui de Barbe verte (www.barbeverte.be) pour cheveux gras (ortie + H.E. de tea tree , citron et romarin) et suis en-chan-tée! Mes cheveux sont doux, brillants et, bonus, ont plus de volume et de tenue.
    Il contient du sodium coco sulfate mais perso je ne ressens aucune irritation…
    Mais si tu peux nous trouver une recette DIY, je suis preneuse :-)!

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ton commentaire 😊 ! Je ne connaissais pas du tout cette marque, génial ! En plus c’est belge, c’est super ! En tout cas la composition du shampoing que tu utilises ressemble fortement à celui d’Indigène.
      Dès que j’apprends à le fabriquer moi-même, ça serait avec plaisir 😊

      Aimé par 1 personne

  3. Bonjour Elena, Merci pour votre chouette avis sur notre shampoing Indigène ! Petit point important, le cétyl alcohol n’est pas réellement un alcool 🙂 Il s’agit d’un alcool dit « gras » qui est bien moins néfaste pour la peau qu’un alcool « classique ». Voici un lien qui explique plus précisément les différences : http://www.vanilline-cosmetiques.fr/faut-il-faire-la-chasse-a-lalcool-dans-nos-cosmetiques/
    A bientôt,
    Eva & Francesco
    http://www.be-indigene.be

    J'aime

  4. Pingback: Ma salle de bain zéro déchet | Happy green me·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s