Vers le zéro déchet : le désencombrement

Hello tout le monde !

Ce mois-ci j’ai eu un déménagement temporaire express, suite à des travaux importants prévus dans mon appartement. Bien qu’un déménagement est souvent assez embêtant, c’est une occasion parfaite pour analyser tous les objets qu’on possède et réfléchir sur leur utilité. Inspirée par le livre de Béa Johnson « Zéro Déchet », j’ai donc profité pour me débarrasser de certains objets. Je pense que c’était l’étape la plus excitante de mon déménagement, ce à quoi je ne m’attendais pas. En effet, c’est tellement libérateur de simplifier sa vie et vider ses placards !

SAMSUNG CSC

Il existe une règle universelle facilement applicable à tous les domaines de notre vie, selon laquelle 80 % des effets sont le résultat de 20 % des causes. Cette loi s’appelle la loi de Pareto et doit son nom à son fondateur Vilfredo Pareto. Si on applique ce principe à notre consommation, on peut constater que :

– on porte seulement 20% de notre garde-robe 80% du temps
– 20% des objets dans une maison sont employés 80% du temps

Il est donc évident qu’un désencombrement est une vraie nécessité de nos jours.

Pour déterminer si j’avais réellement besoin de tel ou tel objet, j’ai appliqué les questions suivantes proposées par Béa Johnson pour me faciliter la tâche :

  • Cela fonctionne-t-il encore  ? Est-ce périmé ?
  • Est-ce que je l’utilise régulièrement ?
  • En ai-je plusieurs ?
  • Cela met-il ma santé en danger ?
  • Est-ce que je le garde parce que c’est un cadeau ?
  • Est-ce que je le garde parce que tout le monde en a un ?
  • Est-ce réutilisable ?
  • Mérite-t-il que je consacre du temps à le nettoyer ?
  • Pourrais-je utiliser cet espace pour autre chose ?

Je pense qu’il est aussi important d’ajouter le facteur de plaisir dans ce processus. Si un objet vous apporte de la joie lorsque vous l’utilisez, même si c’est un usage occasionnel, gardez-le. Cependant, cela doit être justifié. Par exemple, j’ai un piano que j’utilise en moyenne une fois par mois (et de plus en plus rarement à vrai dire #guilty), mais lorsque j’y joue cela m’apporte beaucoup de plaisir et me permet de me déconnecter du monde extérieur.

Voilà mon premier bilan du désencombrement :

– Meubles :

  • Un bureau
  • Une chaise de bureau
  • Un pouf
  • Un canapé

– Objets électroniques & musique :

  • Une télévision
  • Un smartphone dont l’écran est cassé
  • Un routeur TV
  • Un câble midi pour un piano/clavier
  • CD’s

– Cuisine :

  • Objets de cuisine en plastique : bols, gobelets et planches à découper.
  • Un minuteur de cuisine
  • Un moule à gâteaux
  • Sous-verres en plastique et métal
  • Verres à shots

– Décoration :

  • Cadres
  • 2 coussins décoratifs
  • Quelques figurines
  • Décorations à accrocher
  • Photophores
  • Sachet de bougies d’ambiance (vous voyez ces petites bougies rondes remplies de paraffine dans un socle en aluminium… Bonjour pétrole, bonjour déchets inutiles ! )
  • Un bac de rangement en tissu
  • Une horloge

– Literie :

  • Linge de lit
  • Une couette
  • Un plaid

– Mode & beauté :

  • Un gros sac de vêtements
  • 3 paires de chaussures
  • 2 ceintures
  • Maquillage jamais utilisé
  • Un chapeau
  • Un parfum
  • Bijoux
  • Ciseaux à effiler
  • 2 sacs
  • Un miroir de table et un miroir de poche

– Loisirs & autres :

  • Bonnet de piscine
  • Livres (vendues et données)
  • Perruques
  • Matériel scolaire (calculatrice Texas, une grande latte de 50 cm, deux plumiers)

Je vous donne cette liste en espérant que cela pourra vous donner une idée de ce qu’on pourrait donner/jeter en évaluant nos besoins. Par exemple, j’ai donné mon bureau et ma chaise de bureau, tout simplement parce que j’ai tendance à travailler dans le salon ou la cuisine où il y a d’autres tables à ma disposition. Vous l’avez peut-être constaté aussi, mais un bureau chez soi devient un objet de plus en plus inutile, à moins que vous travailliez de chez vous et ayez une véritable pièce prévue à cet effet. Les développements technologiques nous poussent à être de plus en plus mobiles, au lieu de rester tout le temps derrière un bureau. De ce fait, nous pouvons simplement prendre notre ordinateur portable ou une tablette et aller travailler dans un café ou un espace partagé avec d’autres travailleurs. J’ai également donné mes verres à shot, car je ne bois plus d’alcool. Je les gardais, parce que je les avais reçus en cadeau. J’ai tout simplement contacté mon amie qui me les a offerts en lui expliquant que je ne les utilisais pas. Elle a été très compréhensive et m’a même dit qu’elle préférait les reprendre plutôt que je les donne à quelqu’un d’autre. Si vous avez des cadeaux qui traînent chez vous, mais dont vous n’avez aucune utilité, n’hésitez pas à les rendre à ceux qui les ont achetés en expliquant gentiment la situation. Je suis sûre qu’ils ne verront pas non plus d’inconvénient à les reprendre. Dans la suite du désencombrement, je souhaite me débarrasser complètement du plastique. Procédure que j’ai déjà entamée en donnant quelques objets comme les gobelets et les bols.

Processed with VSCO with j1 preset

Vider sa maison, c’est vider sa tête. Dès qu’il y a moins de choses à réparer ou à nettoyer, on se sent beaucoup plus libres et nos idées deviennent plus claires. Cela permet d’économiser du temps, de l’argent et de l’énergie. Le désencombrement encourage à être généreux et stimule la collectivité. Donner ou vendre à petits prix permet également d’entretenir le marché de l’occasion. Cela apprend aussi à réfléchir avant d’acheter et choisir la qualité et la durabilité.

Le désencombrement est une étape importante pour se lancer dans le zéro déchet, afin de « préparer le terrain ». Cela donne une vue d’ensemble sur sa consommation et les objets qu’il faudrait éventuellement remplacer par des solutions plus durables. Pour ma part, je suis plutôt satisfaite du travail que j’ai accompli, même s’il reste encore beaucoup de choses à changer. Je dois juste avouer que cela me faisait mal au coeur de voir mes sacs-poubelle se remplir rapidement, lorsque les objets ne pouvaient plus être réutilisés ou réparés. Et aussi, je me posais souvent la question : puis-je donner cet objet en sachant qu’il est en plastique probablement toxique à quelqu’un d’autre ? Du coup, j’avais décidé à jeter certains objets comme les planches à couper en plastique, car le risque que les éléments toxiques passent dans la nourriture est plus élevé. Déjà, pourquoi avais-je acheté ce genre de planches ?? En tout cas désormais, je vais m’interdire d’acheter des objets en plastoc…

N’hésitez pas à laisser un petit commentaire pour me donner votre avis, me faire part de vos questions ou vos remarques 🙂 .

À bientôt,

Elena

3 réponses à “Vers le zéro déchet : le désencombrement

  1. Pingback: Du garbage project à la rudologie – De mieux en mieux !·

  2. Je songe de plus en plus à faire un desencombrement chez moi ! C’est plus mon homme (très attaché au babioles et autres vieux souvenirs) que je vais me battre ! Je vais commencer avec des objets qui m’appartiennent ! On verra 🙂 je pense acheté ce livre, j’entends tellement bien !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s