Débuter dans le zéro déchet

Lorsqu’on souhaite mener un mode de vie plus responsable et éthique, il faut aussi passer par une réduction de déchets. En Belgique, on jette 430 kg de déchets par PERSONNE et par AN. Ce qui est absolument énorme, on est bien d’accord ! Depuis quelque temps, j’ai commencé à m’intéresser de plus en plus à un mode de vie sans déchets, en changeant progressivement mes habitudes d’achats. Mercredi dernier, j’ai participé à une conférence sur le zero waste organisée par la coopérative Färm et qui a eu lieu dans leur magasin de la Bascule. Il y avait beaucoup d’intervenants comme Sylvie du blog Zéro carabistouille ou encore Marc du blog Waste Side Story. Dans cet article, je vais vous donner quelques conseils pour commencer le zéro déchet et vous montrer comment j’applique cette philosophie lorsque je fais mes courses.

Parce qu’une philosophie, c’en est bien une. C’est une manière de s’interroger sur nos réels besoins et lutter contre la surconsommation. Ce mouvement a été largement popularisé par Béa Johnson. Cette Française installée aux États-Unis où elle vit avec son mari et ses deux enfants, mène un mode vie zéro déchet depuis 2008. Grâce à sa devise refuser – réduire – réutiliser – recycler – composter, sa famille ne produit plus qu’un litre de déchets par an ! Oui, WAOUH ! Bon, je suis vraiment encore loin de là, mais je remarque que depuis que je fais plus attention à ce que j’achète, ma poubelle se remplit beaucoup plus lentement que d’habitude.

Refuser

Refuser les flyers et dépliants distribués dans les rues, les gadgets et les cadeaux publicitaires, les sacs en plastique ou en papier… La liste est longue. La plupart du temps, soit ces choses s’accumulent en brol soit sont directement jetées dans la poubelle. On oublie aussi les petits souvenirs de vacances, ramenés pour nous par maman et papa. Ils ne servent qu’à ramasser de la poussière sur l’étagère. Il suffit de bien expliquer à sa famille et ses amis qu’on ne souhaite plus recevoir ce genre de cadeaux. Par ailleurs, si vous ne souhaitez plus recevoir de la publicité gratuite qui remplit votre boîte aux lettres (#bonjourpoubelle), vous pouvez contacter Bruxelles Environnement pour commander l’autocollant anti-pub. Sachez que si vous continuez en recevoir malgré l’apposition de ce petit autocollant, vous pouvez porter plainte. Plus d’information par ici.

Composter

Composter les déchets organiques permet de diminuer le poids des sacs blancs et contribuer à préserver l’environnement. À Bruxelles, il existe un projet test mis en place par Bruxelles-Propreté dans le but de recycler les déchets organiques comme les restes des repas, les épluchures des légumes ou fruits, les aliments périmés, les serviettes et mouchoirs en papier ou encore les emballages biodégradables. À ce jour, plusieurs communes y participent : Auderghem, Etterbeek, Evere, Forest, Saint-Gilles, Saint-Josse-ten-Noode (à partir du 11 avril), Schaerbeek, Woluwe-Saint-Pierre et Woluwe-Saint-Lambert. Ce projet est surtout utile pour les gens qui habitent en appartement comme moi, et qui n’ont pas de jardin pour composter. Vous pouvez vous inscrire et commander vos sacs-poubelle pour les déchets organiques gratuitement ici. D’autres solutions de compostage existent, renseignez-vous auprès de votre commune.

dsc_0833-copie

Changer ses habitudes

Pour réduire ses déchets, il va falloir changer ses habitudes. Cela va certainement prendre du temps, étant donné que nous sommes tous habitués à acheter des produits emballés dans du plastique, qu’on met dans des sachets en plastique, jetés par la suite dans notre poubelle… en plastique ! Overdose du plastique… Mais, paraît-il que ces fameux sacs vont bientôt être interdits dans les commerces ? Même si on les remplace par des sachets en papier ou sacs biodégradables, cela constitue un déchet qui éventuellement partira à la poubelle. Le tri n’est pas la solution, puisqu’uniquement 30% des déchets sont recyclés !

Le meilleur déchet est celui qui n’existe pasSylvie Droulans (Zéro carabistouille).

Quand on achète, on donne une voix aux produits et on agit en tant que consom’acteurs. Il faut pouvoir dire non aux produits qui ne répondent pas à nos convictions ni à notre vision du futur.

Acheter en vrac

Acheter en vrac est indispensable si l’on veut diminuer ses déchets et limiter la production d’emballages. Les sachets réutilisables en tissu et les bocaux seront vos alliés.

acheter-en-vrac

J’ai acheté mes bocaux chez Ikea, mais on peut également récupérer les bocaux des jus ou conserves. De nos jours, presque tous les commerces acceptent si l’on vient avec nos propres récipients. La différence entre le poids brut et la tare s’effectue directement à la caisse. Vous pouvez au préalable peser vos récipients chez vous et marquer dessus leur poids, ou alors demander gentiment dans le magasin pour qu’on les pèse pour vous.

sachets-en-tissu-pour-les-courses

Mes sachets en tissu 100% coton bio viennent de l’Herboristerie Moderne ♥. Mais on peut aussi les trouver chez Färm de la Bascule ou encore les fabriquer soi-même. Ils sont lavables et réutilisables à souhait pour acheter les légumes ou fruits, les céréales, les légumineuses, les fruits secs, les noix et graines, le soja déshydraté, le pain… Et je fais toujours mes courses avec mon tote bag en coton bio, of course.Une petite astuce pour le pain : si vous l’achetez au supermarché, vous pouvez prendre le sachet en papier avec le code- barre quand vous allez à la caisse. Une fois scanné, vous pouvez le remettre à la caissière et emballer votre pain dans votre sachet en tissu. L’organisation et la discipline sont importantes pour respecter son engagement. Toujours avoir avec soi quelques sachets en tissu peut s’avérer pratique, surtout pour les courses imprévues. Et si on ne les a pas avec soi, et bien, on n’achète pas.

Privilégier le fait maison

Ce n’est pas pour rien qu’on dit que c’est meilleur fait maison. C’est souvent aussi moins cher. Nous sommes tellement habitués à avoir tout à notre disposition, alors que nos aïeux fabriquaient tout eux-mêmes. Le rythme de vie de plus en plus rapide qu’on mène nous empêche de valoriser les produits qu’on consomme. Le fait maison est devenu un luxe, car le temps est une ressource précieuse. Beaucoup d’entre nous préfèrent acheter ce qui est déjà prêt à l’emploi par facilité. Pourtant, il y a pas mal d’avantages à créer des objets ou produits soi-même. Si l’on prépare les biscuits à la maison, on va apprécier beaucoup plus leurs saveurs. Les cosmétiques naturels fabriqués par nos mains vont prendre soin de notre peau d’une manière saine et efficace. Tandis que nettoyer sa maison à l’aide de bicarbonate de soude et de vinaigre va coûter beaucoup moins cher qu’utiliser des produits chimiques vendus en grande surface. Il existe plusieurs ateliers ou cours pour apprendre à cuisiner, coudre, tricoter, réparer ou confectionner les cosmétiques ou produits de nettoyage notamment chez Senz ou sur 1001belges.

Réutiliser

Notre rapport aux objets est superficiel et lointain à cause de leur surabondance. Dans notre société, il est normal de se séparer des objets rapidement et sans remords. Si un objet est cassé, on peut toujours tenter de le réparer dans un des Repair café ou bien essayer de remplacer la partie non fonctionnelle par une pièce détachable. On peut également envisager de le recycler ou donner à quelqu’un d’autre qui pourra le réutiliser.
Enfin, privilégier les objets réutilisables ou de seconde main est aussi une solution idéale pour éviter les déchets inutiles.

bouteille-reutilisable

J’ai donc investi dans une petite gourde qui vient de chez ZAO pour ne plus acheter de l’eau en bouteille. J’ai également acheté du charbon chez Hopono pour purifier l’eau de robinet. J’ai pris l’habitude de remplir une carafe d’eau où je dépose le charbon. Et lorsque je me déplace, je verse l’eau de ma carafe dans ma petite gourde.

Parfois, il faut attendre et accepter qu’on n’a pas tout tout de suite. Le mouvement zéro déchet rentre donc dans une démarche beaucoup plus large qui prône un mode de vie plus slow et plus sain.

Pour ma part, je ne suis pas encore le bon exemple à suivre, puisqu’il m’est arrivé d’acheter alors que je n’avais pas mes sachets en tissu avec moi. Une chose est certaine, je suis sur la bonne voie. Maintenant que j’ai écrit cet article, je vais définitivement m’arranger pour avoir toujours quelques sachets en tissu dans mon sac 🙂 ! Cette philosophie et ce mode de vie m’inspirent énormément et me permettent de vivre en harmonie avec le monde qui nous entoure.

Et vous, quels sont vos trucs et astuces pour réduire vos déchets ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s