La rosacée, cette vilaine…

red-rose

Non non, on ne va pas parler de jardinage dans cet article, mais plutôt des problèmes de peau. Les problèmes de peau, j’en connais un rayon ! En espace de quatre ans, ma peau en a vu de toutes les couleurs…

Attention, tout ce qui va suivre ne remplace pas un avis médical. Je m’adresse ici surtout à des personnes ayant le même problème que moi et qui ont déjà consulté un médecin ou dermatologue. Si vous pensez avoir les mêmes symptômes que ceux décrits plus loin, n’hésitez pas à consulter un médecin.  

Je n’ai jamais eu de gros problèmes de peau à l’adolescence. À vrai dire, je regrette même cette époque où j’avais une peau de bébé… Mais soit, la vie en a décidé autrement et à 20 ans j’ai commencé à avoir des rougeurs, des picotements, des inflammations et même des douleurs au niveau des joues. Pensant que j’ai juste une peau très sensible, j’ai été à la pharmacie m’acheter des produits spécialement adaptés à la peau très réactive d’une marque très connue – la Roche-Posay. Mais mon problème ne disparaissait pas, loin de là, j’avais commencé à avoir de petits boutons ressemblant à ceux de l’acné. J’avais donc consulté une dermatologue qui m’avait annoncé que j’avais une maladie joliment appelée la rosacée (aussi appelée l’acné rosacée, mais cela n’a rien à voir avec de l’acné). Elle m’avait expliqué qu’on ne connait pas encore l’origine de cette maladie, pourquoi elle se développe et comment la guérir. Cependant, elle m’a prescrit sans hésitation un empoisonnement une cure de trois mois d’antibiotiques et une crème antibiotique à appliquer localement, en m’assurant que cela devrait fonctionner. J’avoue qu’à l’époque, j’aurais pris n’importe quoi juste pour m’en débarrasser, tellement cela avait commencé à me pourrir la vie. Mais si vous vous trouvez actuellement dans le même cas, je vous déconseille vraiment de suivre un traitement antibiotique, qui ne sert qu’à masquer tous les symptômes.  

Au début de ma cure, j’ai vu une nette amélioration. Puis, ce fut une horreur ! Après trois mois de prise d’antibiotiques, j’ai commencé à avoir de l’acné sur le menton et le front. Sans parler du fait qu’ils ont complètement détruit ma flore intestinale et ont provoqué des nausées et des maux de ventre. J’ai donc arrêté les antibiotiques qui n’ont pas du tout guéri ma rosacée, mais ont fait qu’empirer les choses… J’ai commencé à me renseigner un peu plus sur la rosacée et j’ai découvert qu’elle est souvent considérée comme une maladie psychosomatique, c’est-à-dire qu’elle est occasionnée et influencée par des facteurs psychologiques. Tiens, tiens…

En effet, elle est apparue chez moi à un moment où je n’étais pas du tout bien, psychologiquement parlant. Sans vouloir m’apitoyer sur mon sort, j’ai eu une enfance assez difficile avec un père alcoolique et violent et une adolescence plutôt chaotique avec un beau-père oppressif. Bref, ce n’était pas toujours la joie. Pourtant, je l’ai toujours plutôt bien vécu, jusqu’à ce que je commence à vivre seule, à partir de mes 18 ans. Je ne me rendais pas vraiment compte que je n’allais pas bien, c’est seulement lorsque j’ai fait une énorme crise d’angoisse, dont j’ai subi les conséquences pendant plusieurs mois, que j’ai compris qu’il y avait un souci. Ma santé mentale était donc une des causes du développement de cette maladie. Pendant deux ans, j’ai travaillé sur mon état mental avec deux psychologues, j’ai également essayé l’acupuncture et la sophrologie pendant quelques mois. Visiblement, je devais vider mon sac et tout ce travail m’a fait un bien de fou. Seulement, cette maladie est vraiment vilaine, puisqu’elle est souvent aggravée par le stress et l’anxiété. Plus on est stressé, plus on a de rougeurs et d’inflammations et donc plus on stresse. Cela crée un cercle vicieux, dont il est parfois difficile d’en sortir. J’ai lu pas mal de fois et cela a été mon cas aussi que cette maladie est fortement liée à des émotions telles que la honte, la colère et la culpabilité (si vous avez cette maladie, je vous conseille vivement de réfléchir sur ces émotions). De plus, lorsque j’ai travaillé dans un magasin de cosmétiques bio, j’ai pu rencontrer quelques personnes qui avaient le même problème, dont quasiment toutes ont évoqué que pour elles c’était gênant. Le plus important est donc de pouvoir y sortir de ce cercle vicieux, un challenge sur lequel je travaille quotidiennement. Mais pour cela, il faut aussi soigner sa peau d’une manière douce et apaisante.

Dans mon combat contre cette maladie, j’ai développé une réelle passion pour les cosmétiques naturels. Je me suis intéressée aux huiles végétales et essentielles qui apportent plus de bienfaits à notre peau que les produits chimiques, qui au contraire l’abiment à long terme. Les huiles végétales qui m’ont beaucoup aidée et que je conseille fortement dans le cas d’une rosacée et aussi pour l’acné, ce sont les huiles de nigelle ♥, de jojoba et d’argan. L’huile de nigelle permet de diminuer les inflammations et les rougeurs, celle de jojoba hydrate en profondeur et agit comme le sébum naturel, tandis que l’huile d’argan régénère et nourrit la peau.

huile-peau-sensible

J’ai également réfléchi sur mon alimentation. Mon passage au végétarisme et ensuite au végétalisme était lié à cette réflexion, bien que la rosacée n’était pas du tout la raison principale de ce changement. Sur le conseil de mon médecin, j’avais aussi essayé un régime sans gluten pendant trois mois, mais je n’ai pas vraiment remarqué de résultats positifs.

Pratiquer une activité physique s’est avéré également utile dans mon cas. C’est bien connu que le sport augmente la synthèse de la sérotonine, l’hormone anti-déprime. Pour ma part, je pratique le fitness chez moi et le yoga une à deux fois par semaine en salle.

Si vous avez aussi cette magnifique chance d’avoir la rosacée, n’hésitez pas à partager ce qui marche pour vous pour lutter contre cette maladie. J’estime que j’arrive plus ou moins à la contrôler, mais parfois j’ai des phases de rechutes et mon moral en prend un coup… Dans tous les cas, ma peau se porte certainement mieux qu’il y a deux ans grâce à tout le travail psychologique effectué et aussi les soins que j’utilise et dont je vous ferai part dans un autre article  😊 !

2 réponses à “La rosacée, cette vilaine…

  1. Pingback: Ma routine éthique et végane pour la peau sensible | Happy green me·

  2. Pingback: Ma routine zéro déchet et vegan pour la peau sensible | Happy green me·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s