Voyager seule : Ligurie en solo

Cet été, j’ai eu l’occasion de partir en Italie pour la première fois (honte à moi), plus précisément en Ligurie. Au départ, je devais partir avec une amie, mais malheureusement suite à un imprévu elle n’a pas pu m’accompagner. J’ai donc décidé d’y aller quand même, toute seule. Et là, ce fut une révélation ! J’ai découvert que voyager seul ce n’est pas si triste que ce que je le pensais. Je dois avouer qu’étant de nature plutôt anxieuse, je ne suis pas du tout une personne qui apprécie se retrouver seule dans des endroits inconnus. Donc pour moi, c’était un vrai challenge que je vais vous raconter dans cet article.

Quand on voyage seul, c’est très utile de se loger chez un habitant pour, disons, se fondre dans le décor. J’avais réservé sur Airbnb une chambre avec une salle de bain privée dans un magnifique appartement de Marta à Gênes. Bon, j’avoue, j’avais choisi cet appartement pour la vue sublime qu’on retrouve une fois sur la terrasse.

dsc_0133-copie

Vue sur le port de Gênes

Le premier jour, je commence à planifier mon séjour. La région est absolument splendide et la ville de Gênes possède un charme absolu, je me dis que je dois m’organiser pour avoir le temps de tout voir. Je dois aller à la plage, nager, me promener dans la ville, faire les boutiques, beaucoup manger, voir les alentours… Vu que je devais rester seulement cinq jours là-bas, je sentais la pression monter tout doucement. C’est à ce moment-là que j’ai réalisé que j’étais seule et que je pouvais juste me concentrer sur des choses qui me feront réellement plaisir. Manger, nager et visiter – mon choix a été vite fait.

J’ai commencé par me promener dans la ville.

dsc_0165-copie

Piazza de Ferrari

dsc_0176-copie

Palais Saint-Georges

dsc_0191-copie

Petite promenade dans le Vieux Port

dsc_0255-copie

Palazzo Podestà

Ensuite, j’ai pris le train direction Boccadasse et Bogliasco pour visiter les belles plages des alentours.

dsc_0215-2

Boccadasse – l’ancien village de pêcheurs

Boccadasse est un ancien village de pêcheurs, situé à 10 min de train de Gênes. Il n’y a aucun établissement balnéaire, pas de grandes plages remplies de touristes, mais juste une toute petite plage de galets où on peut étaler sa serviette. Ce n’est pas très agréable pour nager, car il y a beaucoup d’algues et de déchets marins dans cette crique. Il faut également faire attention quand on entre et sort de l’eau, je me suis coupée avec les rochers pointus plusieurs fois… Bonheur pour tout photographe ou touriste avide de vues panoramiques, on retrouve un escalier qui mène tout en haut de la colline d’où on peut observer tout le village.

dsc_0261-copie

L’église de Natività di Maria Santissima à Bogliasco

J’ai beaucoup aimé Bogliasco qui est un peu plus touristique que Boccadasse avec ses trois plages, dont une de sable. Il y a aussi pas mal d’endroits rocheux où on peut s’installer si on recherche plus d’intimité. Les vues sur la mer sont vraiment paradisiaques ! Pour se baigner, l’eau de la plage de sable me paraissait plus propre, mais j’ai quand même opté pour celle de galets où il y avait moins de monde. Comme à Boccadasse, on se retrouve avec plein d’algues sur le corps après avoir nagé, mais heureusement il y a des douches gratuites où on peut se nettoyer.

dsc_0269-2

Bogliasco

J’aurais aimé aller plus loin jusqu’à Sestri Levante et Portofino, mais malheureusement je n’ai pas eu assez de temps. Ce n’est pas grave, je compte sûrement y revenir !

dsc_0263-copie

Bogliasco

L’avantage d’être seule, c’est la possibilité d’aller à la plage plus tard dans la journée. Généralement, j’allais vers 15h et je restais là-bas jusqu’à 18h – 19h, afin d’éviter le soleil trop brûlant. Et aussi, les rencontres imprévues qu’on peut avoir. C’est vrai que lorsqu’on voyage à plusieurs, on a tendance à rester enfermés dans notre cercle et on ne fait pas attention aux autres. Et je ne parle pas ici de soirées arrosées dans un bar où évidemment les rencontres sont nombreuses. Je parle des vraies interactions avec les inconnus, des vrais échanges. J’en ai eu pas mal de rencontres comme cela, mais certaines m’ont vraiment marquée. J’ai pu ainsi papoter avec une Française sur une plage de Bogliasco qui parcourait la région à vélo avec son frère (Edna du côté de Versailles, si tu me lis, bonjour à toi 🙂 ). Ou encore, échanger quelques mots avec une adorable serveuse qui travaillait dans un super bon restaurant La Cucina di Giuditta et dont la cousine habite en Belgique.

Pour les vegans qui me lisent et qui veulent savoir où manger vegan à Gênes, je vous fais part de mes découvertes gastronomiques.

The place to be ou plutôt to eat selon moi est La Cucina di Giuditta ♥. C’est une chaîne de restaurants (si je ne me trompe pas, il y en a trois à Gênes) où l’on propose des plats végétariens qui sont en fait en grande partie vegan. Ils utilisent que des ingrédients biologiques et l’on peut y trouver des options sans gluten. Ils servent aussi du poisson, mais il n’y a rien à base de viande.  On peut également composer soi-même son assiette, dont la plus petite coûte 9€ si je me souviens bien.

14442817_10209532715690133_1299724787_n-copie

Lasagne vegan, légumes et vermicelles au curry et tofu

14408855_10209532716130144_511775634_n

Focaccia traditionnelle et celle à base de la farine de pois chiche et un dessert vegan

Les gens sont très sympathiques et peuvent facilement conseiller les plats vegan. J’allais souvent manger à midi dans celui situé à la Piazza Sarzano. Les prix sont vraiment abordables. Leur burger vegan qui est absolument à tomber (avec la mayonnaise faite maison!) coûte 6€50. J’en ai pris deux la première fois que j’en ai mangé, tellement que c’était bon !

14429360_10209532715850137_111958668_n

J’ai également goûté les plats de chez Rosetta, un restaurant 100% végétarien situé dans le même quartier, mais j’ai trouvé que la nourriture était un peu fade.

En tout cas, je peux vous assurer qu’à Gênes, les gens savent ce que c’est d’être vegan ! J’ai pu même goûter la cuisine traditionnelle locale dans un tout petit restaurant Officina Iblea, caché dans une rue tout aussi minuscule. Je rentrais chez moi chez Marta et j’ai vu qu’il était marqué végétarien sur la carte exposée en vitrine. Il se trouve que le resto ne l’est pas du tout, mais propose des variantes végétariennes. La gentille dame à qui appartient cet endroit, ne parlait ni anglais, ni français, du coup j’ai essayé de lui expliquer tant bien que mal que je voulais quelque chose de vegan. Mais dès qu’elle a entendu « vegana » , elle a tout de suite compris et m’a préparé un délicieux « Scacce » vegan, qui m’a coûté seulement 5€ ! J’ai dû attendre assez longtemps pour l’avoir, parce qu’elle préparait tout elle-même et le faisait cuire dans un four traditionnel, mais cela valait vraiment le coup.

14429604_10209532715730134_2043286453_n

Voilà le petit repas que j’ai improvisé avec mon « Scacce », ce soir-là 🙂

Ce voyage fut vraiment inspirant pour moi. Je trouve que c’est un bon exercice pour apprendre à apprécier d’être avec soi-même. Je vais définitivement partir seule dès que j’en ai l’occasion.

 

4 réponses à “Voyager seule : Ligurie en solo

    • Oui, j’avais cette impression aussi avant de partir, mais j’ai été agréablement surprise 🙂 Je suis sûre que je vais y retourner un jour !
      Pour les restos, il y en a plein d’autres sur Happy Cow, mais je n’ai pas eu l’occasion de tous les tester.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s